Table des matières

Pourquoi ces sourires?

Envoyé par XXX en date du 25 août 2000 à 07h45

Le 22 août dernier je vous disais que j'étais depuis longtemps intrigué par le fait que les gais sont presque toujours tout sourire lorsqu'ils sont photographiés.

Je précise. Je parle de photos de gais comme celles qu'on retrouve dans Fugues par exemple.
Ce sont des photos d'homosexuels qui s'affichent plus ou moins ouvertement, d'homosexuels qui cherchent à assumer sans honte et sans culpabilité leur homosexualité.

Ce sont des photos de militants (+ ou -) qui oeuvrent quelque part ou de gais qui célèbrent un événement quelconque, une fête quelconque.

Je parle des gars, pas des filles. Et la raison, comme je l'ai souvent dit, c'est que des lesbiennes je n'en connais pas personnellement.

Cette observation je l'ai faite dès le début des années 70 dans les journaux gais américains comme par exemple THE ADVOCATE.

Au début je me disais qu'ils avaient l'air de beaux niaiseux.

A-t-on idée de se montrer la bouche fendue jusqu'aux oreilles comme cela?

Puis après je me suis dit que ce n'est peut-être pas différent comme photo que celles qu'on trouve par exemple dans le journal à potins de l'UQAM ou dans celui d'Hydro-Québec ou de Radio-Canada.

Ce sont des photos de groupes prises lors de fêtes très souvent. Donc pas étonnant que tout le monde soit souriant.

Ce qui m' a peut-être surpris au début c'est peut-être le fait que je n'avais pas l'habitude de voir en photo des gens qui acceptaient de dire qu'ils étaient homosexuels et qui en plus semblaient tout heureux de l'être ou à qui en tout cas ça ne semblait pas poser trop de problèmes.

J'avais peut-être de la difficulté à accepter le fait qu'on puisse être homosexuel et être joyeux à l'occasion, sinon heureux.

Et j'en suis venu à penser que la raison profonde c'est peut-être parce que, lorsqu'on ose être ce qu'on est, lorsqu'on prend la liberté d'aller à l'encontre de ce qui est attendu de nous, on est tout fier de soi parce que l'on s'affirme.

Et cela nous rend heureux.

Et quand on est heureux on ne peut pas ne pas le montrer. C'est contagieux.

L'important donc ce ne serait pas de se demander pourquoi on est homosexuel, ce ne serait pas de chercher l'explication qui enfin nous autoriserait à oser être et vivre ce que nous sommes, mais bien plutôt d'oser justement être ce que nous sommes sans nous demander pourquoi c'est comme cela.

Il faut vivre maintenant, pas attendre que les scientifiques ou les curés nous en donnent la permission.

Tentons plutôt d'assumer les responsabilités que cela comporte.

Osons.
Index
© A l g i