Table des matières

La peur de la marginalité

Envoyé par Catou en date du 29 mars 2000 à 16h25

(source http://membres.tripod.fr/lunasixIII/Drag4r.jpg)

Oui, on peut dire que les marginaux font peur. Ils font peur parce qu'on a peur de notre propre marginalité...

En général, on entend des choses du genre je n'ai rien contre eux, les efféminés, les cuirettes, les punk... mais je ne veux pas être associés à eux.

On sait que les homophobes utilisent les images les plus marquées de notre communauté pour nous ridiculer collectivement, nous les fifs, les fifis, les pédés, les butchs et toute la litanie.

Souvent, pour éviter ces coups, plusieurs affirmeront haut et fort: moi, j'ai l'air straight, je ne suis pas comme eux-autres que vous ridiculisez. Et, on peut faire un pas de plus: Ah ces maudites efféminées, ces bouffons en cuir, ces travestis, ces exhibitionnistes, ils nuisent à notre image de gens ordinaires qui veulent surtout avoir l'air ordinaire pour avoir la paix!

En d'autres mots, on peut avoir tendance à passer nous-mêmes du côté des homophobes en pensant se libérer de l'homophobie. Voilà comment l'opprimé devient oppresseur. C'EST PARCE QU'IL A PEUR! C'est parce que l'image qu'il a de lui-même n'est pas assez forte et qu'il se sent obligé de se remonter en pilant sur plus vulnérable que lui.

C'est triste à mourir mais il ne suffit pas de dire c'est pas beau. Il faut travailler sur le fond du problème, à savoir le mépris et l'auto-mépris.

C'est pour cela que moi, je crois que la Fierté gaie a un sens. Pas, parce qu'on est meilleur que d'autres. Mais, parce qu'il faut OSER dire qu'on est aussi bon! I am gay, you are gay, it's ok! I am straight, you are gay, it's ok!

Même si moi, je ne trippe pas sur les talons hauts, pourquoi devrais-je avoir honte d'en porter et de jouer les grandes si ça me chante. Ça fait-tu du mal à quelqu'un, sinon aux bien-pensants qui veulent que tout le monde soit pareil?

Je ne dis pas que tout le monde doit parader à Divers/Cité en talons hauts! Imposer ces travestissements est aussi absurde que les interdire. Mais, justement, vouloir les cacher, c'est choisir de se cacher soi-même. Car, tous et toutes, autant que nous sommes, nous refoulons en dedans de nous un petit interdit dont la norme nous a appris à avoir honte.

C'est vrai qu'on n'a pas choisi d'être gai ou lesbienne, mais on peut au moins choisir d'être fier de ce que l'on est, plutôt que d'en avoir honte. Et cela vaut pour tous les styles de vie, et toutes les couleurs de cheveux!

Par bout, j'aurais le goût de dire merci à tous ceux-là qui affichent leur excentricité en se moquant des moqueurs. Ils me tracent le chemin de la liberté! Ils m'apprennent à braver ma propre peur du rejet.

Réclamer le droit à la différence, c'est juste, en fait, réclamer le droit d'être soi-même.

Cat.

Index

Apprivoiser la différence...

Envoyé par Lexilé en date du 01 avril 2000 à 09h21 en réponse à La peur de la marginalité (reçu de Catou le 29 mars 2000 à 16h25).

(source http://images.art.com/art/ENO_/large/SA072.jpg)

Oui, la peur de la différence, car on a peur d'être marginalisé et de perdre sa sécurité, car quoi de plus sécurisant que le groupe, le soutien du groupe, du semblable, pour garantir son petit bonheur... la communauté gaie, la communauté lesbienne, la commmunauté travestie, la communauté cuir... on se retrouve, on se congratule, on s'approuve et s'entraide, sans oublier de s'entredéchirer de temps à autres, comme dans toute belle famille qui se respecte.

C'est aussi ce qui explique le rejet des autres groupes, qu'ils s'agissent de sous-groupes ou de groupes majoritaires, quand on a choisi son groupe d'appartenance, et surtout si le groupe qui m'interpelle à mauvaise presse.

J'illustre: j'ai choisi de m'inscrire dans la communauté gaie ---(ce qui n'implique pas que j'ai choisi mon homosexualité, contrairement à ce que voudrait faire croire Stockwell Day à ses admiratrices; en fait la question est la suivante : M. Day, avez-vous choisi votre hétérosexualité malgré les tendances homosexuelles qui vous habitent ?;o)), ---sans renoncé aucunement à vivre dans la communauté francophone montréalaise: par contre pour me sentir plus à l'aise dans le milieu élargi que je fréquente, j'essaye de me maintenir dans les normes de comportement, habillement, etc de cette majorité à laquelle j'appartiens; d'où les mecs à casquette de cuire et chaps et les Bobettes et Mado fofolles me font hausser les sourcils,je ne m'y reconnais pas et je ne veux pas y être associé. Je ne fréquente donc pas ces gens, pas par peur d'eux-mêmes, mais des Autres qui sont susceptibles de m'associer à ces marginaux de ma marginalité. Ce qui me différencie et me rassure sur moi-même, c'est que je suis toutefois persuader que ceux qui choisissent de vivre leur marginalité à leurs façons, je me dois de les respecter ausi longtemps qu'ils me respectent... le respect en attire et je dirais oblige un autre... L'intolérance de la simple différence demeure l'ennemi à combattre...en soi-même d'abord et avant tout! Car la différence est toujours un potentiel de menace, et c'est seulement une fois que je constate que l'Autre ne menace pas ma différence avec sa différence , que je m'ouvre à elle, (où à lui...et parfois même on peut s'offrir...;o)).

Pour ma part,mon vécu personnel, l'étranger est plus menacant que le différent, le laid est plus menaçant que le beau... Je m'explique encore.. Un efféminé sans attrait physique pour moi me place en état de guet... par contre un efféminé d'une beauté à couper le souffle ou qui exprime une féminité non-exacerbée, posément, qui demeure un écrin de douceur (J'aime la douceur chez les hommes), un mec chez qui je retrouve des intérêts communs aux miens, je n'aurai aucun problème à le cotoyer, le revoir, l'associer à mes amis et voire, l'épouser... J'ai déjà été amoureux d'un homme efféminé, j'ai déjà aimé un noir(sans qu'il ne me rende la pareille malheureusement), j'adore les Asiatiques(je me répète ;o)), bref j'aime la variété et je sais apprécié la différence... une fois que je l'ai apprivoisé.. tout est là.. encore , comme dirait le renard...




Index
© A l g i