Table des matières

QUESTION DE LA SEMAINE

Envoyé par ANIMATEUR en date du 25 septembre 2004 à 12h13
Cliquez sur le lien en bas pour lire la question de la semaine. Après, cliquez sur le bouton « retour » de votre browser et répondez comme d’habitude en cliquant sur l'image du crayon en bas de ce message.

http://www.geocities.com/qhghebdo/20040924sortirengang.html
Index

se renouveler sans fin

Envoyé par Querelle de Brest en date du 21 janvier 2005 à 08h55 en réponse à QUESTION DE LA SEMAINE (reçu de ANIMATEUR le 25 septembre 2004 à 12h13).
J'opine que le coming-out se fait chaque fois qu'on révèle son orientation sexuelle à une nouvelle personne, et ce, en dépit de la notion nord-américaine anglo-saxonne d'un coming-out une fois pour toute. En effet, le coming-out représente des occasions qui reviennent, car il existe de nombreuses personnes à qui se confier et, j'imagine, autant de façons pour le faire. Rappelons que l'orientation sexuelle ne se voit pas chez une personne. Alors, il faudra dévoiler son orientation en la communiquant par la parole ou par le geste. Certes, on peut parler des comportements stéréotypés ou des regards de désir envers les membres du même sexe, mais il reste que ses indicateurs ne sont pas sûrs et certains.

Le concept à l'américaine d'un coming-out une seule fois dans la vie me semble constituer plutôt un acte d'affirmation sociale. L'emphase est beaucoup plus sur l'idée d'appartenir au groupe des homosexuel(le)s qui s'identifient en tant que tel(le)s et parlent de leur orientation sexuelle et de leurs vécus ouvertement. En plus, une journée pour faire son coming-out, un événement de masse, bien entendu, reste une stratégie pour combattre l'invisibilité. Celle-ci est à la base de notre statut de minorité invisible.

À mon avis, il serait plus précis de rebaptiser un tel jour "la journée nationale de l'affirmation gaie, lesbienne et bisexuelle", qui est un titre déjà trop long. (Voir "la journée nationale de la lutte contre l'homophobie, qui pourrait se tronquer en "journée anti-homophobie".) Il ne serait pas étonnant non plus que les gens estiment qu'une journée nommée ainsi empiéterait sur la semaine de la fierté gaie. Hélas, puisque ce premier sens et le motif principal des célébrations de la fierté gaie auraient été perdus chez beaucoup d'hommes gais (le plus grand groupe de personnes visibles) et qu'il y a toujours des gens qui restent au placard, une nouvelle étiquette et une nouvelle "fête" ne serait pas hors saison.
Index